Le sweatshirt

Et une star américaine, une !

À l’évidence, la mode masculine actuelle n’a pas été inspirée que par les (rich) tailleurs anglais ou les couturiers français et italiens. L’apport US est foisonnant, jeans, cuir, chino, tee-shirt, basket... ou sweatshirt. Pour commencer, petite mise au point : on prononce “swait”, pas” swiiiit”, même si vous ne pipez pas un mot d’anglais. À ce propos, on rappellera que “sweatshirt” veut littéralement dire “chemise pour transpirer”. On ne disconviendra pas qu’on a déjà fait plus glamour pour une icône de la mode.

Le sweat a pourtant bien été inventé dans les années 1920 pour un étudiant américain qui, épuisé de transpirer pendant les entrainements dans son pull en laine, réclama à un tailleur un vêtement plus adapté à la pratique sportive. Bim ! Coupé dans un jersey de coton bien absorbant, le sweat était né. Succès immédiat dans le milieu universitaire, amplifié par l’invention du flocage permettant l’application de logos marquant l’appartenance à une équipe sportive ou à une fraternité. So Ivy League.

Le sweat devient un vêtement éminemment sportif, d’ailleurs piqué par l’armée. Et, très logiquement, il cartonne partout dans les années 1980, période où le culte du corps est à son apogée (Rocky, Rambo, Flashdance, Footloose...). Il aura tout vécu : manches chauve-souris, cols et bases taillés aux ciseaux, les marques de sport et le hip hop s’en emparent et le dotent de couleurs flashies... À la fin, on n’en peut plus de lui et de son image de vêtement cheap !

Après une accalmie, il fait un retour (mérité) dans les dressings et redevient un basique.

Ce qui fait le “sweat”

La matière est un molleton en coton gratté, confortable et épais. Le tissu du coloris chiné, fait de fils de plusieurs couleurs mêlés et particulièrement résistant, est plutôt réservé à la détente. Pour les autres moments, puisque le sweat des années 2020 s’affiche désormais aussi à la ville et au bureau, on préfère les tons neutres ou légèrement acidulés.

La coupe traditionnelle du sweat est droite, à manches longues, avec un col rond, des bords côtes aux manches et à la base. Les manches raglan sont vintage et mettent les épaules en valeur, les modèles actuels ont plutôt des emmanchures droites. Quant au sweat à capuche et poche kangourou devant, il s’agit évidemment d’un “hoodie” et non d’un... sweat à capuche.

Et le logo ? Si vous possédez un sweat au dessin original, vintage ou discret, pourquoi pas ? En revanche, on fuit les logos et autres de marques de sport...

Le sweatshirt Balibaris

Les sweats et hoodies Balibaris possèdent du style et un modernisme classique (à moins que ce ne soit un classicisme moderne ?).

Parfaits pour les hommes en recherche de confort, nous les proposons dans une gamme de coloris actuels et des matières de qualité (coton organique pour la plupart). Enfin, ils sont fabriqués dans le respect des normes environnementales Global Ethics Standard.