L’imper

Cirés, mac et autres trenchs

Cela fait des millénaires que l’homme tente de se protéger de la pluie et qu’il met à profit ses découvertes pour tenter de rester au sec sous ses vêtements.

Grecs et Romains faisaient tisser très serrée une étoffe qui les protégeait un temps. Les Indiens d’Amazonie enduisent depuis des siècles leurs vêtement avec du latex, les marins recouvraient leurs vestes de suif et leurs coques et voiles de résine de pin…

Au XIXe siècle, l’Écossais Macintosh profite des débuts de l’industrialisation du caoutchouc pour inventer un vêtement qui en est imprégné. Son succès est immédiat mais il sent mauvais et suinte en été. Le produit fera l’objet d’améliorations et le mac est toujours une référence.

En 1880, l’Anglais Thomas Burberry crée la gabardine. Le tissage en diagonale et l’imprégnation du coton avant tissage change tout. Le tissu est déperlant et respirant. Pendant la première guerre mondiale, l’armée distribue aux officiers et aux adjudants ses Tielocken, manteaux légers et protecteurs, contribuant à en faire un vêtement pour les élites. Il devient le trench-coat (manteau des tranchées) et son succès se poursuit dans le civil pour atteindre la consécration dans les années 40 où Hollywood le pose, dans Casablanca, sur les épaules d’un mythe : Humphrey Bogart.

Avec les progrès de l’industrie pétrolière, le ciré à capuche en matière plastique explose partout : dans la rue, dans les tenues de travail et sur les podiums.

Quel imper choisir ?

Le trench : composé d’un boutonnage croisé à dix boutons (inspiré de la marine anglaise), d’une ceinture à boucles en “D” (pour accrocher les grenades), d’un grand col rabattu, d’un bavolet tempête au dos et de pattes d’épaules et aux manches, le trench est un vêtement complexe qui permet de se composer un look formel et intemporel.

Le mac : paradoxalement, si le mac est né avant le trench, il a pourtant une modernité plus affirmée. Avec son boutonnage simple et son petit col, le mac permet de lisser la silhouette et d’habiller un look plus casual tout en restant chic.

Le coloris : le coloris beige est évidemment LE grand classique de l’imper. Moins salissant et parfait pour la mi-saison, le bleu marine cartonne. En hiver, on l’adore aussi en noir, kaki ou brun.

D’une façon générale, les modèles très longs sont plutôt réservés aux hommes grands, les autres préfèreront les modèles raccourcis. Le trench mettra en valeur les gabarits fuselés, le mac avantagera les carrures plus larges.

Les impers Balibaris

Balibaris mixe les codes pour vous proposer des modèles totalement actualisés aux références subtiles aux imperméables de tous bords : ici la ligne courte et droite du mac, là la ceinture ou les pattes aux poignets du trench ou bien la capuche du ciré, tel l’imper Smith, pièce permanente du vestiaire Balibaris, élégant, épuré et modernisé. Hyper faciles à porter en toutes circonstances, ils accompagneront vos tenues des plus décontractées aux plus travaillées sans fausse note.